reperes-et-jalons

reperes-et-jalons

Confusion mentale à propos de l'islam

04/08/2016

On est en pleine confusion mentale? Qui nous fait la Guerre actuellement ? Le terrorisme islamiste ou L'Islam tout court ?

 

Même le Pape François, vieillissant et très mal inspiré, donne un triste exemple de l’incapacité actuelle des esprits à discerner la vérité et de faire une analyse réaliste de la situation


Nous pouvons lire en effet dans le site du Boulevard Voltaire sous le titre : 

 

Les confusions du pape François

A bord de son avion au retour de Cracovie, le Saint-Père a été saisi d'un double vertige, celui de l'altitude et celui de la confusion extatique dans ses déclarations à des journalistes qui l'accompagaient
Il confond fondamentalisme et violence
« Si je dois parler de violences islamiques, je dois aussi parler de violences chrétiennes. Dans presque toutes les religions, il y a toujours un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons nous aussi », a déclaré le pape.

 

Depuis quand le littéralisme religieux, s'appuyant sur les fondements doctrinaires et textuels, est-il mécaniquement producteur de violence ? De manière assez surprenante, alors qu'il cherche précisément à réconcilier l'islam et l'Europe, le pape associe le courant fondamentaliste et la mouvance guerrière.
Il confond crime passionnel et crime politico-religieux.

 

Selon le pape, les catholiques sont tout aussi violents que les musulmans. Et de déclarer : « Tous les jours quand j'ouvre les journaux, je vois des violences en Italie, quelqu'un qui tue sa petite amie, un autre qui tue sa belle-mère, et ce sont des catholiques baptisés. »

Que le pape feigne de ne pas saisir la nuance est une faute intellectuelle d'une très grande gravité. Confondre le fait de tuer malgré sa religion et celui de tuer au nom de sa religion est une approximation fautive.
Il confond le couteau et la langue.

« On peut tuer avec la langue aussi bien qu'avec un couteau », a-t-il ajouté par ailleurs, faisant manifestement référence à la progression des partis populistes xénophobes et mettant sur un pied d'égalité le crime de sang et la parole politique.

 

Cette déclaration est peut-être la plus grave, car elle n'est pas seulement une faute intellectuelle mais une erreur théologique.

En effet, selon le Catéchisme de l'Église catholique, pour qu'il y ait péché mortel, il faut une matière grave : « Le cinquième commandement proscrit comme gravement peccamineux l'homicide direct et volontaire. Le meurtrier et ceux qui coopèrent volontairement au meurtre commettent un péché qui crie vengeance au ciel » (CEC, 2268). Dans la "Somme théologique", saint Thomas d'Aquin précise les modalités du péché mortel, notamment celui commis « contre l'amour du prochain, comme l'homicide ou l'adultère », puisant sa réflexion du Décalogue comme de la hiérarchie des maux d'Aristote. 

Pécher en pensée, en parole ou par action n'implique ni les mêmes conséquences morales ni les mêmes châtiments.

(Lu dans Bvard Voltaire du 2 août )

 

En vérité les attaques terroristes sont purement religieuses et traduisent la volonté de l'Islam salafiste de conquérir le monde par la guerre et la violence pour le soumettre à la religion d'Allah, la France en premier

Et il devient évident- malgré tous les efforts pour occulter la réalité des faits déployés par les politiciens en recherche électoraliste de voix et par les chrétiens naïfs « pleins d'amour », comme le Pape - que notre propre identité identité nationale est gravement menacée et que l'unité totale des Français dans la lutte contre le terrorisme islamiste ne peut qu'être difficile à réaliser.

 

L'Islam est précisément le révélateur de ce désaccord national : car comment séparer un Islam modéré ( attentiste pour rallier les vainqueurs ?) et un Islam salafiste extrémiste qui se réfèrent malgré tout, l'un comme l'autre, au même Coran ? C'est donc à juste titre, à cause de ce camouflage de la vérité, que les Français peuvent avoir peur de perdre leur identité et redouter aussi que la France ne soit plus bientôt la France

 

L'Islam dit modéré

« l'Islam ordinaire » de rite malékite nord africain dit modéré (celui majoritairement pratiqué en France) constitue donc actuellement un sérieux problème, vu son importance dans notre société et surtout à cause de son ambiguïté, de sa référence systématique à un Coran global dont la deuxième moitié est consacrée à la sharia. 

 

Ce Coran que beaucoup d'entre nous, français exilés d'Algérie, connaissions que superficiellement, nous avons fini par juger nécessaire aujourd'hui de le décortiquer soigneusement afin de comprendre

Nous avions à l'époque des relations peut-être trop distantes mais cependant cordiales avec nos compatriotes musulmans qui pratiquaient une religion apparemment modérée et tolérante dont nous acceptions les coutumes en tant que citoyens tolérants et respectueux pour toutes les religions, mais qui nous génait à cause de la sharia sous jacente

 

La législation française s'était adaptée tant bien que mal pour assurer une certaine égalité juridique et politique en cimentant la cohésion de toutes les populations bien que notre République laïque considérât que la religion n'était pas le ciment essentiel. 

Et il est nécessaire de souligner fortement que si une unité politique imparfaite avec deux collèges électoraux distincts et une législation juridictionnelle spécifique pour les musulmans (suggérant la discrimination) avait été mise en place (une entorse bienveillante à notre République unitaire, égalitaire et fraternelle, mais laïquec’était uniquement du fait des exigences du Coran et de sa charia.

En effet la population de souche européenne ne pouvait pas accepter que ses propres lois relatives à la famille, à l'héritage ou à la place de la femme dans la société fussent votées avec le concours de personnes pratiquant pleinement la charia. D'où la nécessité des deux collèges !

 

Ainsi les musulmans qui refusaient la juridiction française pour leur statut personnel votaient dans le cadre d'un collège spécial. Tandis que ceux qui faisaient allégeance à la loi française tout en continuant de pratiquer l'essentiel spirituel de leur religion étaient intégrés dans le même collège électoral que les Français. C’est un fait fondamental qu’il faut reconnaître de bonne foi.

Ce compromis pouvait passer lorsque l'Islam se montrait non violent. Mais aujourd'hui où la face cachée et terrible du Coran se manifeste en plein jour, il n'y a plus de tolérance possible.

Car de plus en plus de penseurs et chercheurs se mettent à explorer le Coran en profondeur et ne peuvent que constater en vérité que l'Islam cultive une ambiguïté qui permet aux uns de dire « nous sommes modérés » et « ne faites surtout pas d’amalgame » et à d’autres dans le même temps de proclamer  "C'est Allah lui-même qui nous commande de tuer par tous les moyens les mécréantsde vivre strictement selon les préceptes de la  "sharia du 7éme siecle et de conquérir le monde par la guerre pour établir son règne. " En vérité une dictature pire que le nazisme ou le bolchevisme

 

Alors c'est aux musulmans eux-mêmes, et à seuls, qu'il revient de lever l'ambiguïté

Ne serait-il pas souhaitable que les citoyens musulmans Français, à la fois instruits et très pratiquants (finalement une minorité selon les sondages) mais également désireux d'observer les lois de la République, se réunissent en Congrès, en France par exemple, pour nettoyer le Coran de toutes ses impuretés violentes avérées et l'orienter dans le sens de la bienveillance, de la paix et de l'ouverture à la discussion ? Peut-être que le mouvement, avec la grâce de Dieu, pourrait s'étendre ensuite en tache d'huile à travers tout le monde musulman. Ce serait pourtant si simple pour les musulmans d'adhérer à la pure spiritualité du Coran de la Mecque et de rejeter le Coran de Médine avec sa sharia qui ne s'est ajouté au précédent que lorsque Mahomet a été pris du vertige du pouvoir et a voulu créer un Empire matériel. S'ils ne le font pas, alors comment ne pas suspecter de leur part l'hypocrisie, le double jeu et le mensonge ?

 

Si les Chrétiens font le premier pas par leur tolérance et leur refus de vengeance que les vrais croyants musulmans à leur tour fassent le deuxième en réformant leur religion !

Et si c'est impossible que les personnes raisonnables renient l'Islam !

Le monde chrétien est prêt à les accueillir à bras ouverts

 

Les Eglises chrétiennes

doivent rester dans leur rôle en préconisant de répondre aux violences par « le pardon et l'amour ». Certes, à condition que ceux qui ont à se faire pardonner le demandent en reconnaissant leurs torts ! 

Certains oublient trop vite que Jésus, scandalisé par leur comportement, avait sciemment usé d'une violence mesurée et pédagogique en renversant les étals des marchands du temple, mais pas en incitant à les assassiner ! Et aussi qu'il avait dit « rendez à César ce qui appartient à César » ce qui signifiait entre autres choses le devoir pour tout Etat temporel de s'occuper de régler les injustices sociales et réprimer les désordres sociaux. A l'Etat temporel revient le rôle d'éradicateur des terroristes, ce qu'il fait à moitié aujourd'hui chez nous pour ne pas perdre les voix musulmanes aux élections et pour profiter de l'argent des pétroliers wahabites...

 

Le plus triste c'est de constater que les Papes eux-mêmes de nos jours pratiquent l'hypocrisie en manifestant un angélisme sentimental et déraisonnable ? En réalité en feignant de ne pas savoir au lieu de mettre résolument le doigt sur le problème des deux Corans !

Nous sommes génés par l'image d'un Jean-Paul II baisant le Coran (passant en boucle sur la toile) et celle d'un François qui plane dans la miséricorde absolue, en rajoutant, pour la petite Histoire, le cas ridicule de la Reine d'Angleterre qui se croit obligée de faire jurer sur le Coran un haut fonctionnaire musulman ! Tout ceci nous rappelle, à nous pieds noirs, le rôle néfaste de certains chrétiens d'Algérie qui croyaient charitable de porter les valises du FLN.

 

Il faut bien se mettre dans la tête que l'on ne peut pas passer le moindre pacte avec l'Islam avant qu'il n'ait fait son "aggiornamento"

Avis à Mr.JUPPÉ, protecteur à Bordeaux, de la plus grande mosquée salafiste-wahabite d'Europe.

Avis à Mr.VALLS qui voudrait faire payer par l'État la construction de mosquées et la formation des imams !

Mais que ne ferait-on pas pour engranger les voix musulmanes modérées, et surtout ne pas tarir l'argent en provenance des Pétroliers musulmans wahhabites, quand on pratique la démagogie politique ?

 

Les temps prochains vont certainement être difficiles, voire durs et tragiques. Ce qu'a fort bien résumé Eric Zemmour dans un texte publié récemment

 

« L'élection autrichienne a valeur de test pour tout l’Occident. Elle précise les fondements économiques, géographiques, sociologiques, idéologiques de nos affrontements de demain : les grandes métropoles contre le rural et le péri-urbainles classes supérieures, les jeunes diplômés, les femmes des grandes villes et les enfants de l’immigration contre les classes populaires, ouvriers et employés. Les vainqueurs de la mondialisation contre les vaincus. Les partisans de l’Union européenne contre ses adversairesLe multiculturalisme contre l’identité […] Les partisans du mariage homosexuel contre les défenseurs de la famille traditionnel […] Le parti de l’Autre contre les Patriotes. Les migrants contre les frontières. Les “pas d’amalgame“ contre les islamophobesLe politiquement correct contre le populisme. »

 

Conclusion d’Eric Zemmour : « Cet affrontement sera impitoyable et inexpiable. […] Le temps des gestionnaires et des technocrates est révolu. L’Europe va redécouvrir les joies de la guerre civile froide. »

 

Bernard Lefèvre

Ex membre co fondateur du Comité de Salut Public Algérie-Sahara du 13 mai 1958

Coordinateur des Amis du 13 mai 1958 d'Alger

*

* *



06/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres